Les relations entre l’Iran et les Etats-Unis dans la saison 3 de Homeland et leur retour dans la communauté internationale

Depuis 35 ans, il y a toujours eu des tensions entre l’Iran et les Etats-Unis à propos de leur retour dans la communauté internationale. En effet, les avis sont partagés pour les autorités locales…

La série américaine Homeland s’inspire de ces situations notamment dans la saison 3. On y retrouve Saul Berenson le chef de la CIA mener des opérations secrètes en rapport avec l’Iran. Il est accompagné de ses agents Carrie Mathison, Peter Quinn, Dar Adal son assistant et de Fara Sherazi, une nouvelle spécialiste informatique Iranienne.

Episode 301
Mandy Patinkin as Saul Berenson in Homeland (Season 3, Episode 01). – Photo: Kent Smith/SHOWTIME – Photo ID: homeland_301_1533.R

Le but de la saison 3 de Homeland, est le même que l’Iran tente de faire appliquer (rappelons que la saison 3 date de 2013) : faire revenir le pays dans la communauté internationale et enfin établir un débat sans querelles (avec les Etats-Unis et le reste des pays de l’ONU) comme le cite Saul dans l’épisode 9 lorsqu’il explique à Carrie le but de la mission qu’ils préparaient : « Cela pourra faire quelque chose qui permettra à 2 pays qui n’ont pas été capable de communiquer depuis plus de 30 ans, sauf à travers d’actes terroristes et de menaces puissent s’asseoir et discuter. » Mais malheureusement le plan de Saul de fait pas  l’unanimité à la CIA et à la Maison Blanche. En effet le Sénateur Andrew Lockhart et futur chef de la CIA n’est pas pour car il implique de coopérer avec les services Iraniens, notamment avec Majid Javadi l’homme qui a financé l’attentat de Langley (siège de la CIA) 3 mois auparavant. Par la suite, lorsque Lockhart apprend que Javadi est sur le sol américain, il veut de suite en avertir le Président car pour lui, il n’est vraiment pas concevable de travailler avec Javadi.

majid javadi.png

Si on suit l’actualité, on remarque que ces faits d’oppositions sont proches de la réalité. En effet, lors du débat à propos de l’accord de l’Iran avec le nucléaire (son but est tel que l’Iran doit limiter son programme nucléaire et doit avoir des contrôles des pays occidentaux 24 heures sur 24 pour en échange revenir sur la scène internationale et voir leurs sanctions économiques levées) certaines personnes politiques américaines du camp Républicain ont montré leur désaccord en voulant bloquer et « mettre des bâtons dans les roues » à Barack Obama pour l’empêcher de voter pour. Selon eux à cause de cet accord, l’Iran aura accès à des milliards et en profitera pour fabriquer son arme nucléaire et que cela va aussi lancer une course aux armes nucléaires dans le monde au lieu de stopper leurs propagation dans le Moyen-Orient. Mais le président Iranien a démenti ces paroles, en effet il cite que « l’Iran ne cherchera jamais à avoir l’arme nucléaire. »

obama x iran

Mais heureusement que la plupart des pays sont pour cet accord et l’ont signé car cela signifie une étape importante pour la paix et la sécurité. L’Iran est donc revenu sur la scène internationale et va donc pouvoir reprendre les échanges économiques avec les pays de l’ONU. L’Iran va aussi pouvoir investir des milliards et donc continuer son développement. Il reste cependant quelques détracteurs politiques républicains comme Paul Ryan, le président de la Chambre des représentants américaine. Il pense que l’administration Obama va lever les sanctions économiques contre le principal pays soutenant le terrorisme international et que Téhéran va profiter de sa nouvelle situation économique pour financer le terrorisme.

A la fin de la saison 3, le plan de Saul s’est réalisé comme il le souhaitait, en effet il était prévu que Javadi passe à la tête du gouvernement Iranien afin que les Etats-Unis ait accès à des contrôles 24 heures sur 24 sur l’Iran afin de reprendre des discutions pacifiques et diplomatiques.

Mais comment Saul s’y est pris ? A vous de regarder la série !

sources :

http://www.lefigaro.fr/international/2016/01/16/01003-20160116ARTFIG00191-les-sanctions-contre-l-iran-vont-etre-levees.php

http://www.leparisien.fr/international/nucleaire-iranien-l-accord-est-une-erreur-historique-pour-netanyahu-14-07-2015-4943499.php

et la saison 3 de Homeland.

 

Par Lucas Astruc et Lucas De Oliveira

Les tensions raciales dans American Crime

Matt et Gwen Skokie, deux jeunes mariés, se font assassinés un dimanche à leur domicile. C’est alors le début d’un combat de parents qui veulent faire condamner le meurtrier de leur fils et d’une sœur qui demande justice pour son frère, Carter, accusé principal de cette affaire.

americ

Comment la 1ère saison de cette série exploite-t-elle les tensions raciales de la société américaine ?

Dans cette série, toutes les formes de racisme sont présentes : envers les noirs, les musulmans, les hispaniques et les blancs.

Dès le premier épisode, lorsque l’on décrit le premier suspebarbara american crimect à Barbara, la mère de la victime, le policier lui déclare qu’ils cherchent un individu hispanique. Elle le catégorise directement comme un individu immigré, dangereux et tatoué qui fait parti d’un gang. Elle se bat pour son fils en avançant des arguments tels que : « Si un blanc avait assassiné un noir, tout le monde aurait manifesté et le crime aurait fait beaucoup plus de bruit »

 

Tony, un jeune lycéen mexicain a été mis en détention juvénile pour avoir mis etony american crimen location la voiture de son père à un suspect de l’affaire : Hector Tontz. Malgré le fait que le père de Tony soit lui-même hispanique, il ne peut pas supporter les « délinquants » comme ils les appellent. Il ressent une haine profonde entre les gens de sa propre communauté.

 

Carter, le suspect principal, de couleur noire, a une sœur : Doreecarter aliyahn, qui s’est surnommée Aaliyah après sa reconversion musulmane. En effet, elle a rejoint cette communauté car son ancienne vie ne l’a satisfaisait pas. Elle se met donc à œuvrer pour les autres et à faire allégeance à Allah. Ils sont tous les deux victimes de discrimination raciale. Elle se fait notamment traitée de  » sale pute de noire voilée  » ou même de « terroriste ». Quant à Carter, la famille de la victime et la police essayent par tous les moyens de faire en sorte qu’il soit coupable car le jeune homme noir drogué est susceptible d’être le parfait coupable.

 

audrey carter

Un couple mixte est présent dans la saison, c’est celui de Carter et Aubrey. Aaliyah essaye à plusieurs reprises de remettre en place les idées de Carter en lui répétant qu’Aubrey est la cause de ses problèmes d’alcool et de drogues et qu’elle n’est pas la petite-amie idéale pour un garçon comme lui. Malgré les réticences de leurs proches, leur seul but est de rester ensembles. Il se rendront vite compte que leur amour est destructeur.

American crime met surtout en avant les problèmes raciaux très présents aux États-Unis. Elle évoque aussi les addictions à la drogue et les problèmes familiaux. Cette première saison évoque donc de nombreux problèmes de sociétés souvent très tabous.

La bande-annonce de la saison 1.

Aminata Touré et Maryam El-Hassani.

 

La dette publique des Lannister entraînera-t-elle leur chute ?

Spoiler alert : cet article contient des informations sur la 5ème saison de Game of thrones.

George R R Martin, l’auteur du Trône de fer (les romans sur lesquels sont fondés la série Game of thrones), a toujours été attentif à ce que l’économie de son univers soit fondée sur des bases crédibles et vraisemblables. Et les phénomènes économiques ne jouent pas un rôle mineur dans les revirements de la politique à Westeros [lien en anglais]. On peut même se demander si le sort de la maison Lannister n’est pas déterminé par l’importance problématique de leurs dettes.

a1fc67e0-f345-0132-f113-0ed54733f8f5Depuis la 5ème saison, Cersei Lannister est au pouvoir, exerçant une forme de régence tant que son fils Tommen reste un adolescent pusillanime, qu’elle cherche à maintenir dans l’enfance. Elle poursuit une politique militaire de reconquête, en reconstruisant notamment la flotte militaire de la couronne, et en imposant lourdement les richesses du royaume. Or la couronne est déjà très endettée, et le PIB de Westeros est en chute libre en raison des guerres qui ravagent le continent. Les recettes fiscales sont donc faiblissantes, au moment même où les dépenses (notamment les intérêts de la dette) s’accélèrent.

Cette situation très inconfortable pour les Lannister au pouvoir révèle deux problèmes de fond. Le premier tient à la confusion entre dette publique et dette privée, à l’époque féodale. Les Lannister ne règnent (tant bien que mal) sur le royaume que parce que personne n’a encore pris leur place ; il n’y a pas véritablement d’Etat central qui serait distinct des « maisons » aristocratiques qui se disputent le trône. Dès lors, les dettes de Cersei Lannister sont à la fois des dettes privées (qu’elle devait en partie à son père, le richissime Tywin Lannister qui avait accumulé une fortune privée considérable avant de mourir) et des dettes publiques : quiconque occupe le trône de fer devra rembourser les dettes contractées auprès de la banque de Braavos.

iron-bankLe deuxième problème tient précisément au financement de la dette par des banques privées. Il n’y a pas de banque centrale [lien en anglais] au sens moderne du terme, dans Game of thrones, ce qui correspond là encore à une situation normale à l’époque féodale (au Moyen-Âge). C’est essentiellement la banque de fer de Braavos – qui ressemble beaucoup à une banque privée sur le modèle des premières banques de Venise ou de Gênes, au Moyen-Âge – qui finance les dettes les plus importantes. Du coup, lorsque les Lannister cherchent à différer le paiement de leurs dettes (en envoyant Mace Tyrell négocier le versement d’un dixième du total de la dette), la banque de fer se tourne vers un autre prétendant au trône, et le soutient dans l’espoir qu’il s’empare du pouvoir et puisse honorer ses dettes.

En-dehors de la croissance nominale de la dette publique (c’est-à-dire de la somme totale de monnaie qu’elle représente), la faiblesse de l’activité économique pose un dernier problème. Comment prélever des impôts sur des entreprises (agricoles par exemple) qui produisent beaucoup moins qu’avant ? De même, comment prélever des taxes ou des droits de douane sur un commerce international qui tourne au ralenti ? Ce dernier point est d’ailleurs lié à l’importance de la dette des Lannister : les marchands venus de Westeros utilisent comme monnaie des titres de créance (des reconnaissances de dette, semblables à des chèques) qui ont de moins en moins de valeur. « Un Lannister paie toujours ses dettes », disait la devise à l’époque où leur immense richesse suffisait à maintenir la valeur de la monnaie du royaume. Ce n’est plus vraiment le cas.

En résumé, les Lannister ont un problème de dette publique (et privée) de plus en plus préoccupant, qui s’additionne à la contestation politique et religieuse dont ils font l’objet. Cela peut très certainement conduire à des renversements d’alliances et à un déclin de leur puissance politique à l’avenir. A suivre…