Correction de l’EC3 : les sources de financement des entreprises françaises

Voici un plan détaillé qui pouvait vous permettre de répondre au sujet de l’EC3 : « à l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous expliquerez les choix de financement des entreprises françaises ».

La crise financière qui touche le monde entier à partir de la fin des années 2000 n’a pas épargné la France. Les faillites bancaires et l’augmentation globale du risque sur les produits financiers ont conduit, à partir de 2008-2009, à une instabilité qui a compliqué (et rendu plus coûteux) le recours au crédit, notamment, non seulement pour la consommation des ménages, mais aussi pour l’investissement des entreprises, c’est-à-dire le financement de leur capital. Or le crédit bancaire, lorsqu’il est plus rare et plus coûteux, conduit nombre d’entreprises à ne plus pouvoir investir. Celles-ci doivent alors trouver d’autres sources de financement ; mais lesquelles ? C’est ce que l’on étudiera ici : en quoi les choix de financement des entreprises sont-ils plus contraints depuis la crise financière ? Après avoir analysé les difficultés du recours au crédit, on montrera quelles contraintes pèsent sur l’autofinancement, puis quelles possibilités le financement direct peut offrir.

  1. Un recours au crédit plus difficile
    1. La menace d’un credit crunch assèche le financement des entreprises (Les banques sont rendues plus averses au risque par la crise financière et, craignant une moindre solvabilité de leurs clients, accordent moins de crédits qu’avant).
    2. Une crise de liquidité peut s’ensuivre (La diminution des transactions sur le marché interbancaire aboutit à une situation où la monnaie se fait rare, y compris pour la trésorerie, à court terme, des entreprises : cf. fin du doc. 1).
  2. Un autofinancement contraint
    1. L’autofinancement est une source de financement importante en volume (Il repose sur l’épargne des entreprises : les profits antérieurs accumulés permettent des investissements. cf. doc 2)
    2. Cependant, les PME et les TPE sont structurellement en besoin de financement et ont très peu d’épargne (elles ne peuvent donc piocher dans leur épargne brute que momentanément, et pour assez peu d’entre elles).
  3. Le financement direct offre de nouvelles possibilités
    1. Depuis les années 1980, le financement direct a explosé, permettant aux entreprises de se financer directement sur les marchés financiers en émettant actions, obligations et titres de créances négociables (doc.2).
    2. Paradoxalement, la crise financière encourage l’augmentation du financement direct : même s’il est plus risqué, il prend le relais du crédit qui manque à ce moment-là (cf. doc.3).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s