Comportements politiques des jeunes.

En France, depuis 1791 la conquête du droit a été  progressive, d’abord par tous les hommes payant un certain montant d’impôt, puis par tous les hommes sans conditions d’impôt en 1848, puis par toutes les femmes et les hommes en 1944, le droit de vote est une garantie de la vie démocratique. Mais pour certains jeunes, la politique n’est pas un sujet primordial, alors lorsqu’ils sont en droit de voter leurs choix politiques deviennent très confondus.

Les comportements politiques des jeunes sont-ils déterminés par leur origine familiale? Qui sont les abstentionnistes à la politique?

Les plus grands abstentionnistes déclarés sont issus des catégories modestes et pauvres. Ce sont généralement des jeunes issus des milieux populaires qui souffrent de difficultés à s’insérer socialement. Un faible niveau d’études et un revenu modeste sont d’autres facteurs qui influent sur le taux de participation.  Pour ces abstentionnistes, la politique est peu parlante : c’est un univers qui concerne seulement leurs parents, leurs grands-parents, etc. Mais ces jeunes là, n’ont pas eu l’occasion de s’intéresser à la politique car il y a certainement un manque d’informations sur les enjeux de l’élection, différentes recherches sur l’abstention révèlent que la cause principale de ce désintérêt est tout simplement un manque de curiosité pour la politique, sûrement une conséquence d’une éducation civique insuffisante. Les jeunes qui s’abstiennent de voter ne voient pas de relation entre la politique et les enjeux qui pourraient les concerner.
De nos jours, les convictions politiques sont ce qui se transmet de mieux. L’identité politique se construit pendant l’enfance et se finalise à l’âge adulte grâce aux aléas de la vie, à l’influence de l’école et à une certaine éducation. L’école a surtout une influence sur certains comportements comme le civisme et veut dévaloriser l’abstention, en offrant également certains cours : L’éducation civique… Mais malgré cela nous constatons grâce à un sondage que seulement 5% des citoyens ont un choix politique différent de celui de leurs parents, nous pouvons en déduire que les choix politiques restent tout de même héréditaires.

L’héritage politique en France en 1997:


Anne Muxel, « Des choix politiques en héritage », Sciences humaines, hors série n° 36, mai 2002.

Au terme de cette constat, nous pouvons remarquer que le taux des préférences politiques n’atteint pas 100%, cela veut dire que certains jeûnes exercent leur libre arbitre. Mais majoritairement le comportement politique des jeunes vient évidemment de leurs origines sociales, les chiffres nous le montrent d’ailleurs. Une personne ainsi que ses choix politiques se définit en fonction de son entourage (parents, amis…) et des valeurs transmises par l’école.

PENEDA Inès

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s