L’ECONOMIE COLLABIRATIVE

Depuis l’évolution de la technologie, la société se renouvelle grâce à l’apparition de nouveaux services marchands tels que les applications de co-voiturage comme le site « BlablaCar » ou bien des sites de locations de vacances le site international « Airbnb ». Ces sites nous aident dans notre vie quotidienne, mais aussi durant nos vacances, c’est-à-dire réussir à faire des économies selon nos budgets. Cependant, quels sont les enjeux de ces organisations pour l’économie nationale ?

         1.  co-consommation

 

Suite à l’évolution du marché d’internet, les utilisateurs des sites d’économie collaborative ne savent pas s’ils doivent déclarer leurs revenus réalisés grâce à ce système.

Faut-il déclarer les recettes obtenues sur ces plates-formes       d’économie collaborative ?

L’administration fiscale française a établie des lois pour encadrer ces initiatives économiques. Chaque argent gagné devra être obligatoirement déclaré, l’article 12 du code général des impôts définit cette lois : « les revenus réalisés par les particuliers dans le cadre de leurs activités de toute nature sont en principe imposables, y compris les revenus de services rendus à d’autres particuliers avec lesquels ils ont été mis en relation par l’intermédiaire notamment de plates-formes collaboratives»

Mais, la loi ne s’impose pas pour les activités de co-consomation.

La co-consomation est une prestation de service dont bénéficie également le particulier qui la propose, et non pas seulement les personnes avec lesquelles les frais sont répartis.

Par exemple tel est le cas du co-voiturage, lorsque tous les frais sont répartis équitablement et que le conducteur ne perçoit aucun bénéfice pécunier.

        2.  Les conséquences de l’économie collaborative

 

Cette nouvelle économie a réussi à créer de nouveaux emplois. En effet, la location de logements hors agence, quid du site Airbnb, permet à de nombreux particuliers d’arrondir leur fin de mois et à des familles de partir en vacances à un prix raisonnable. Par conséquent, leur pouvoir d’achat augmente et favorise la consommation.

Mais, elle fait aussi du tord à des entreprises non virtuelles, comme par exemple, l’entreprise de transport de particuliers « Uber » qui propose des courses à prix plus abordables, que celles des taxis licenciés comme à Paris. Cela a généré à des conflits sociaux et à fait diminuer les recettes des chauffeurs de Taxi parisiens.

Si cette économie favorise le pouvoir de consommation de nombreux particuliers, elle défavorise des professionnels très fiscalisés. Ce modèle réussit à faire évoluer le marché actuel en satisfaisant de nombreux consommateurs. Devenu incontournable aujourd’hui par l’augmentation de la demande, il oblige de nombreuses professions à revoir leur système d’organisation.

SAMI Noa

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s