Les banlieues américaines (suburbs) dans la saison 3 de Dexter.

Dexter : En quoi la vie en banlieue est problématique pour un serial killer ?

Afficher l'image d'origine

                Ayant captivé plus de 2,6 millions de téléspectateurs, la série Dexter met en scène un des tueurs en série les plus apprécié du petit écran. Résidant à Miami, où la criminalité semble être grandement présente, nous nous pencherons sur la question suivante : En quoi la vie en banlieue est-elle problématique pour un serial killer ?

                Dexter Morgan, est un policier spécialiste dans l’analyse du sang mais une fois la nuit tombée, Dexter est aussi un dangereux psychopathe, tueur en série qui n’a rien d’un citoyen américain lambda.  Après avoir assisté au meurtre de sa mère avec son frère –lui aussi tueur en série– à l’âge de trois ans, Dexter est recueilli par Harry Morgan qui en plus de lui servir de père et de mentor, lui inspira sa filière professionnelle. De ce fait, Harry apprit à Dexter à canaliser ses pulsions meurtrières qu’il reportera uniquement sur des criminels ayant réussi à échapper au système judiciaire.

Dans la saison trois, Dexter tue accidentellement Oscar Prado, le jeune frère de Miguel Prado, un assistant procureur, alors qu’il ciblait un dénommé « Freebo », jeune trafiquant de drogue, qui sera automatiquement désigné comme coupable du meurtre par les autorités. Dexter finira par éliminer ce dernier, ce qui lui fit gagner l’amitié et la reconnaissance de Miguel Prado qui le surprit après l’acte.

Pour un serial killer comme Dexter, des lieux sont plus adaptés pour commettre ses crimes.  A Miami deux endroits sont possibles mais différents. Il y a la ville, un endroit peuplé du matin jusqu’au soir, le Miami ne dort jamais, toujours active avec ses bars, boîte de nuit… Puis il y a la banlieue, un lieu la plus part du temps calme où tout le monde ce connaît. De plus le taux de violence étant plus élever dans les banlieues dû à la pauvreté (drogue, meurtre, gang, etc)

Si dans la fiction les policiers finissent par retrouver le tueur en question grâce à des indices intentionnellement dissimulés, la réalité est tout autre car le criminel n’a en aucun cas l’intention de ce faire prendre. Ils signent la plupart du temps leurs crimes dans les fictions alors qu’il en est autrement dans la réalité (rares sont ceux qui signe leurs méfaits, le but étant de resté discret), le meurtrier se contente de se réjouir de ses faits qui en général sont motivés par le sexe, le pouvoir, le sadisme et le sang…  On peut remarquer également dans une fiction comparé à la réalité que les histoires sont plutôt originales, les serials killers sont le plus souvent dotés d’une intelligence supérieure à la moyenne et d’un esprit fortement manipulateur. Et pour finir dans une fiction il n’existe pas de juste milieu entre la violence et la perfection dans les banlieues ; ces dernières sont représentées soit comme un épicentre de violence ou soit comme une parfaite petite bourgade, il est plus compliqué selon le contexte de savoir si un suburb serait propice aux meurtres.

La fiction essayant tendance à stéréotyper les suburbs, il serait difficile de dire d’un tel environnement s’il est adapté ou problématique pour un serial killer. Si dans la ville, un tueur a plus de facilité de ce fondre dans la masse, les forts taux de criminalités peuvent lui être avantageux dans une banlieue.  Mais une banlieue étant plus petite et moins peuplée qu’une grande ville, une disparition est plus rapidement remarquable et c’est là que tout le problème se pose, car s’il existe une chose primordiale pour un tueur, c’est bien la discrétion !

Avec OKPANKU Leapton & DA SILVA Hugo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s