Combien y a-t-il de riches en France ?

Tous les ménages ne gagnent pas le même revenu : certains gagnent beaucoup, d’autres peu. Or, pour décrire la dispersion des revenus, il faut autre chose qu’une moyenne : dans une population où tout le monde est très pauvre, à part 10 ménages qui gagnent énormément, la moyenne sera assez élevée, et ne correspondra pas à la situation de la grande majorité des ménages.

On classe donc les ménages en déciles croissants, c’est-à-dire en tranches de revenus de 10% par ordre croissant. Si le premier décile est à 8500 €, par exemple, cela signifie que les 10% de ménages les plus pauvres gagnent moins de 8500 €. Explications de Louis Maurin, sur le site de l’Observatoire des inégalités, en suivant ce lien.

Un problème demeure cependant. Imaginez deux ménages qui gagnent un revenu annuel de 60 000 €. Si l’un d’entre eux est constitué d’une personne seule, et l’autre, d’une famille avec deux enfants en bas âge, ils n’ont pas du tout le même niveau de vie : le premier ménage fait partie des 10% des Français les plus riches, alors que le deuxième est plus proche de ce que l’on appelle la « classe moyenne ». Le niveau de vie correspond tout simplement au rapport entre le revenu et le nombre de bouches à nourrir, ou plutôt, dans les termes de l’INSEE, au nombre d’unités de consommation (UC). Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d’un même ménage.
Les unités de consommation sont généralement calculées en attribuant 1 uc au premier adulte du ménage, 0,5 uc aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 uc aux enfants de moins de 14 ans (parce que votre petit frère coûte moins cher que vous à nourrir, habiller, etc.). Dans le cas évoqué plus haut, il faut diviser par (1+0,5+0,3+0,3) = 2,1 le revenu total du 2e ménage pour calculer son niveau de vie. Celui-ci sera donc deux fois plus faible que celui du premier ménage, avec le même revenu annuel.

Résultats, selon les données de l’INSEE, en 2002 et en 2012 :

Evolution des niveaux de vie moyens annuels
Selon les seuils de niveau de vie, après impôts et prestations sociales, pour une personne seule, en euros
2002 2012 Evolution (en euros) Evolution (en %)
Niveau de vie moyen des 10 % les plus pauvres 8 530 7 999 – 531 – 6,2
Entre les 10 et 20 % 11 820 12 130 310 2,6
Entre les 20 et les 30 % 13 980 14 539 559 4,0
Entre les 30 et les 40 % 15 930 16 719 789 5,0
Entre les 40 et 50 % 17 880 18 799 919 5,1
Entre les 50 et 60 % 19 990 21 059 1 069 5,3
Entre les 60 et 70 % 22 520 23 769 1 249 5,5
Entre les 70 et 80 % 25 780 27 309 1 529 5,9
Entre le 80 et 90 % 31 330 33 160 1 830 5,8
Des 10 % les plus riches 51 310 57 370 6 060 11,8
Ensemble 21 910 23 290 1 380 6,3
Rapport entre les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres 6,0 7,2
Ecart entre les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres (en euros) 42 780 49 371 6 591 18,0

Notez bien la dernière colonne : les plus pauvres ont tendance à le devenir de plus en plus… et les plus riches, à devenir de plus en plus riches. Mais le niveau de l’ensemble progresse tout de même.

Reste à savoir qui l’on classe parmi « les riches », dans ce tableau. Ce n’est, au bout du compte, pas une question qui peut être tranchée par des économistes ou des statisticiens. La richesse est une notion relative, dont la définition fait l’objet d’une lutte symbolique. Bref, il n’y a pas de réponse définitive à la question qui donne son titre à cet article. Mais vous pouvez désormais en discuter de manière beaucoup plus informée.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s