BD Maus, Art Spiegelman, Tome 1

La bande dessinée que j’ai choisie de lire se nomme Maus et fut écrite et dessinée par Art Spiegelman dans les années 1970 et 1980.

Cette bande dessinée est la biographie d’un homme juif nommé Vladek, le père d’Art Spiegelman. Il raconte ce qu’il a vu, ressenti, mais aussi fait lors de la Shoah pour s’en sortir. Le livre montre à plusieurs reprises l’impact de la 2ème Guerre Mondiale sur le comportement de Vladek qui est très dur à vivre, lunatique et impulsif. On remarque ce changement grâce au contraste de ses attitudes entre le moment où il raconte l’histoire à son fils et quand il était jeune (lors de la 2ème Guerre Mondiale).

Le critère que je voudrais souligner est le réalisme de l’œuvre. L’écrivain rend la BD très réaliste par le fait qu’il se représente lui-même en train de parler à son père entre les moments où son père lui raconte l’histoire. Il se dessine aussi en train de prendre note par exemple. On voit aussi qu’au fur et à mesure que Vladek raconte l’histoire, des personnages étant très proche de lui disparaissent et on peut voir que ça le fait beaucoup souffrir par son comportement encore une fois.

Il y a aussi la représentation des humains en animaux qui peuvent avoir plusieurs significations, la plus évidente serait que les juifs sont représentés en souris et les allemands en chat car les souris se font chasser par des chats mais j’irai plus loin. Les juifs auraient pu être représentés par des souris car les souris se cachent dans des minuscules endroits où personne ne peut les attraper, elles se faufilent un peu partout, ce qui renvoie aux juifs qui faisaient leurs propres cachette pour échapper aux allemands. Il y a aussi les polonais non juifs qui sont représenter en cochon, choisi je pense car c’est un animal imposant, tranquille ce qui renvoie au fait qu’ils n’avaient pas à avoir peur de quoi que ce soit pouvant même prendre le risque de protéger certains juifs.

C’est un livre que je recommande à mes camarades car l’histoire est intéressante et qu’elle avance vite tout en étant bien expliquée. Le point que l’on peut considérer comme négatif ou positif est le fait qu’Art Spiegelman a choisi de ne pas tellement montrer la cruauté de certains allemands et l’horreur qu’ils ont pu faire subir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s