INDIGENES

Featured image

Indigènes est un film algéro-belgo-franco-marocain réalisé par Rachid Bouchareb sorti en 2006. C’est un film dramatique, historique et de guerre avec pour acteurs principaux : Jamel Debbouze (Saïd Otmani), Samy Naceri (Yassir), Roschdy Zem (Messaoud Souni), Bernard Blancan (Le sergent Roger Martinez) et Sami Bouajila (Le caporal Abdelkader). Indigènes a eu plusieurs récompenses et distinctions :

_ Prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes 2006, attribué collectivement à Sami Bouajila, Jamel Debbouzze, Samy Naceri, Roschdy Zem et Bernard Blancan.

_ Etoiles d’or du cinéma français.

_César du meilleur scénario original 2007.

L’histoire se passe après le débarquement des Américains en Algérie et au Maroc en 1943. Le Film raconte la découverte de la guerre, de l’Europe, de l’Italie jusqu’aux portes de l’Alsace, par trois tirailleurs algériens et un goumier marocain : Abdelkader, Saïd, Messaoud et Yassir. La guerre leur apporte la désillusion face aux discriminations mais aussi l’émergence d’une conscience politique et l’espoir.

Pour moi le message principal est le racisme et la ségrégation. De nombreuses scènes montrent l’injustice dont sont victimes ces soldats. Du film, on gardera en mémoire la scène des tomates, du courrier censuré ou du ballet. Forts et pertinents, ces moments sont autant de blessures pour ces soldats victimes de leurs origines et des préjugés. Certains que grâce à eux les choses et le regard des autres vont changer, ils se heurtent à une réalité sans concession. Mais ils ne baissent pas pour autant les bras et continuent de croire en ce qu’ils font. La meilleure scène de ce film est celle du village des Vosges. Elle montre un opérateur des armées en train de filmer et de photographier des soldats et des alsaciennes pendant qu’un des personnages principaux, Abdelkader, passe devant lui. Les « Indigènes » ne sont pas sur la photo de famille ! A travers cette scène qui peut paraître banale, le réalisateur a réussi à faire passer un message très explicite : si les indigènes ne sont pas sur la photo de famille, c’est qu’ils ne font pas partie de notre histoire commune. Dès le début, ils sont hors du champ de l’histoire et … en dehors du champ de la mémoire.

J’ai adore ce film et je le recommande vivement à tous mes camarades. En plus du message fort qu’il porte , il possède de grandes qualités artistiques, comme les décors et les vêtements qui sont appropriés à l’époque. C’est un film de guerre intense. Il permet de mieux comprendre l’impact que l’oubli peut avoir sur les populations colonisées. Et puis ce sont les trois dernières phrases qui m’ont le plus révolté et c’est celles que j’ai le plus aimées :

Featured image

_ En 1959, une loi a été voté pour geler les pensions des tirailleurs des pays de l’empire colonial français qui accédaient à l’indépendance.

_ En janvier 2002, après de longs procès, le Conseil d’Etat a sommé le gouvernement Français a payer ces pensions intégralement.

_ Mais les gouvernements successifs ont repoussé cette échéance.

Mais le Président de la République, Jacques Chirac, a décidé de « décristalliser » les pensions des anciens combattants coloniaux, le jour même de la sortie d’Indigènes, film qu’il a d’ailleurs beaucoup aimé, sur tous les écrans le 26 septembre 2006.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s