L’ennemi intime de Florent Emilio Siri (2007)

L’ennemi intime est un film dramatique sur la guerre d’Algérie sorti en 2007, réalisé par Florent Emilio Siri, nominé à six récompenses. Le film est tourné au sein d’un régiment Français composé aussi de plusieurs Algériens. Avec Benoit Magimel et Albert Dupontel en tant que personnages principaux.

Lorsqu’un lieutenant décède au combat, il est de suite remplacé, c’est le lieutenant Terrien qui se porte volontaire pour prendre la tête du groupe, Terrien fait la rencontre du sergent Dougnac qui lui fait part de la dureté des combats mais le lieutenant décide de poursuivre sur son idée.                                                                                                                             Le régiment se déplace dans les villages pour soutirer des informations aux villageois arabes et c’est à ce moment là que le lieutenant se rend compte de l’atrocité des troupes françaises à l’égard des villageois pour certains innocents. C’est torture sur torture pour faire parler les hommes et les femmes et les enfants sont abattus de sang froid. Ce qui ne fait ni chaud ni froid au sergent Dougnac et aux autres hommes. Le régiment se déplace aussi dans les zones où les convois ennemis font passer des armes.

La troupe, retourna un jour dans un village pour soutirer de nouvelles informations au chef du village, alors qu’ils arrivent sur les lieux tout les villageois ont été assassiné par les troupes arabes pour leur éviter de parler sauf un jeune garçon qui s’était caché, les français le recueillent et le forme à être soldat.

Le groupe de soldat se retrouvait chaque soir dans un baraquement où ils buvaient et jouait aux cartes tandis que certains dans une pièce fermée au fond de la baraque torturait les prisonniers et prenait un malin plaisir à le faire. Dougnac le premier.

Après un largage de napalm sur l’ennemi le lieutenant en a trop vu et décide de rencontrer  un de ses supérieurs, celui ci lui explique qu’à ses débuts, il avait du mal avec l’horreur du combat mais que l’ennemi aussi était « barbare » et qu’avec le temps il s’y ferait.

Le supérieur avait vu juste puisque quelques temps plus tard, Terrien venait lui aussi à torturer les prisonniers dans le baraquement, quand le jeune arabe recueilli vit cela, voyant son peuple maltraité il s’enfuit.

Les jours passèrent et Dougnac sorti seul du camp disant aller chasser, quelques instants plus tard Terrien parti pour essayer de le retrouver, c’est alors qu’un sniper tua le lieutenant d’une balle dans la tête. Le jeune garçon récupéré par la troupe et qui s’était enfui plus tard lui avait tiré dessus. Dougnac, lui avait déserté.

Je recommande ce film parce qu’il nous éclaire l’envers du décors de la Guerre d’Algérie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s